TOUT SUR LE SYNDROME DE L’INTESTIN IRRITABLE


C’est au Canada que l’on compte l’un des taux les plus élevés du syndrome de l’intestin irritable : 5 millions de Canadiens en seraient atteints. On estime que seulement 40 % des personnes qui en souffrent consultent un professionnel de la santé, les autres tentant de soulager leurs symptômes en modifiant leurs habitudes alimentaires. Le point sur ce syndrome qui affecte significativement la qualité de vie.

 

C’est au Canada que l’on compte l’un des taux les plus élevés du syndrome de l’intestin irritable (SII) : 5 millions de Canadiens en seraient atteints. On estime que seulement 40 % des personnes qui en souffrent consultent un professionnel de la santé, les autres tentant de soulager leurs symptômes en modifiant leurs habitudes alimentaires. 


Symptômes

Le syndrome de l’intestin irritable (SII) touche davantage les femmes que les hommes. Il englobe plusieurs symptômes, dont des douleurs abdominales, des crampes, des ballonnements et un excès de gaz. Il existe plusieurs sous-types de SII : avec prédominance de constipation (SII-C), avec prédominance de diarrhée (SII-D) ou mixte (avec alternance de diarrhée et de constipation : SII-M)1. S’il est incommodant, ce syndrome est bénin et ne hausse pas le risque de cancer de l’intestin. 


Lisez la suite de mon article pour tout savoir sur ce syndrome qui affecte significativement la qualité de vie!

Éléments déclencheurs Il n’existe pas de facteurs de risque reconnus du SII, mais il est fréquent que le syndrome se développe à la suite d’une intoxication alimentaire, l’utilisation d’antibiotiques, une fluctuation hormonale ou encore la diarrhée du voyageur. Le stress et l’anxiété peuvent exacerber les symptômes.   Diagnostic Afin d’établir un diagnostic, il faut écarter les intolérances alimentaires comme celle au lactose et au gluten (maladie cœliaque) ainsi que les maladies inflammatoires de l’intestin (colite ulcéreuse et maladie de Crohn).   Traitement Si votre médecin peut prescrire certains médicaments (antispasmodiques, antidépresseurs, antidiarrhéiques, laxatifs, analgésiques) selon le type de SII, les modifications alimentaires sont des plus importantes pour soulager les symptômes.   Dans un premier temps, on peut limiter les composants alimentaires qui irritent l’intestin :  La caféine  L’alcool Les boissons gazeuses Les aliments riches en gras Les aliments épicés Le sorbitol et les autres alcools de sucre Si les changements ci-dessus ne sont pas suffisants, la diète faible en FODMAP est tout indiquée.  Le régime faible en FODMAP C’est le régime préconisé pour le traitement du SII. En limitant la consommation de certains glucides qui fermentent dans l’intestin (oligosaccharides, disaccharides, monosaccharides et polyols), on réduit significativement les symptômes. Le suivi se déroule en trois étapes : la phase d’élimination, la phase de réintroduction et la phase de maintien. En tout, 75 % des personnes atteintes du SII voient leurs symptômes s’améliorer avec cette approche.   On trouve les FODMAP dans une grande variété d’aliments : fruits, légumes, légumineuses, produits laitiers et produits céréaliers. Chaque personne a son propre seuil de tolérance d’où l’importance de personnaliser l’approche.


Pour découvrir tous nos produits gourmands et santé Cliquez ici.


Voir ma gamme complète

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés

Ce site est protégé par reCAPTCHA, et la Politique de confidentialité et les Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.


Vous aimerez aussi

Voir toutes